5 août 2012

J'ai testé... Une journée sans mon IPhone


Pour toutes celles et ceux qui sont propriétaires d'un IPhone, ou de tout autre smartphone d'ailleurs, ce titre peut vous sembler incroyable, voire invraisemblable. Et pourtant.... je l'ai fait! J'ai passé une journée complète loin de mon compagnon de vie.

Évidemment, vous vous doutez bien que cette décision de déconnecter du monde technologique n'a pas été prise volontairement.
Je m'en rappelle comme si c'était hier (c'était il y a deux semaine en fait) (bah quoi?) (ça ne vous arrive jamais à vous de perdre la notion du temps?) (D'avoir l'impression que les semaines sont des années?) (Trêve de parenthèses, c'est chiant).

Mardi 17 juillet 2012. 8h15. Mon réveil (celui de l'IPhone bien entendu) sonne. Je me réveille comme une fleur - et par fleur, je veux dire les cheveux en bataille, la marque de l'oreiller en travers de la tronche avec le reste de mascara en bas des joues - et commence à me préparer pour aller au boulot. Bref, c'est une belle journée qui commence.

Mon café avalé, j'enfile mes ballerines, attrape mon sac et sors de chez moi. Je gambade fièrement, contente d'être partie quasiment à l'heure. Arrivée au métro, je me rends compte que mon téléphone est resté bien sagement à la maison: une journée de congé imprévue... Enfoiré! Tant pis, pas le temps de faire demi-tour pour le sortir de sa léthargie. Il va falloir faire sans.

J'ai d'abord pensé (naïvement) que ce ne serait pas la mer à boire, que je pouvais bien me passer de mon IPhone pendant quelques heures puisque, de toute façon, je travaille. Erreur. Sur le quai du métro, je repense à quelque chose qui me fait exploser de rire. Mon premier réflexe est de sortir mon téléphone pour envoyer un message à ma meilleure amie afin de lui raconter. Loupé... Je me retrouve donc seule avec mon fou rire sans pouvoir le partager. Premier moment de solitude.

Presque arrivée à mon travail, je me demande l'heure qu'il est, je ne sais pas si je suis en avance ou en retard. Toujours pas de téléphone. Et évidemment je n'ai pas de montre. Dans le doute, je cours.

Tout au long de la journée, j'ai voulu regarder la météo du lendemain, consulter mon agenda, appeler ma mère, ma grand-mère, mon frère, jouer à Paper Toss pour faire passer le temps, checker Facebook et Twitter, immortaliser un moment poétique et le poster sur Instagram...

20h03. J'arrive à la maison et me jette sur mon précieux. Bilan d'une journée passé tout seul: 12 textos, 16 appels manqués. Oui, parce que j'ai oublié de vous dire que ce jour-là j'avais des gens à voir avec des précisions à apporter sur l'heure et l'endroit du rendez-vous.... Évidemment.

J'ai tiré plusieurs conclusions de cette journée où je me suis retrouvée orpheline:

* Plus jamais (j'ai réitéré cette douloureuse expérience vendredi dernier).
* Bordel, c'est que je suis vraiment accro.
* J'aurais dû écouter ma mère qui m'a toujours dit de copier mes numéros de téléphone dans vrai un répertoire, celui qui est palpable, avec tout plein de feuilles dedans.

Et vous, pourriez-vous vous séparer de votre téléphone? Pensez-vous être aussi accro que moi?






22 juillet 2012

Mon travail, mon chignon et moi


Lorsque j'ai eu mon nouveau boulot, j'ai aussi eu une mauvaise nouvelle. Le chignon est obligatoire... Alors ce n'est pas vraiment un problème, me direz-vous. Sauf que, quand on n'est pas douée comme moi et qu'on a les longueurs qui ressemblent plus à de la paille qu'à une douce cascade capillaire, cela devient vite un cauchemar! C'était sans compter sur une amie (géniale soit dit en passant) qui m'a montré une technique qui a révolutionné mon quotidien (non je n'en fais pas trop!): le donut bun! Résultat, au lieu de passer 20 minutes dans la salle de bain à me battre pour qu'au final mon chignon ressemble à une crotte de hamster handicapé, je n'y passe que 2 minutes. (Vous noterez d'ailleurs la qualité exceptionnelle et professionnelle de mon illustration.... Vivement que j'achète un nouvel appareil photo pour ne plus avoir à me servir de l'Iphone!).

Vous pouvez utiliser soit un accessoire "prêt-à-l'emploi" que l'on trouve dans le commerce, soit fabriquer la base de votre bun comme une grande, avec vos petits doigts musclés. Pour cela, on prend une chaussette, propre de préférence (ce n'est qu'une suggestion...), dont on coupe le bout (la partie réservée aux orteils). Puis on va la rouler afin d'obtenir un élastique assez épais. Simple, n'est-ce pas?

Alors pour réaliser cette coiffure, vous aurez besoin de :

- 1 élastique (peu importe la couleur puisque qu'au final on ne le verra pas)
- 1 "bun" (ou 1 chaussette donc)
- Quelques bobby pins, afin de fixer les mèches restantes.

Puisque des images valent mieux que des explications interminables et incompréhensibles, voici une vidéo qui explique comment obtenir un joli donut bun. Je vous ai choisi une vidéo qui sera utile aussi bien pour les cheveux longs que pour les cheveux plus courts.


Et vous, connaissiez-vous cette technique?

8 juillet 2012

Les 10 excuses


Allez, on reprend un peu d'activité sur le blog après plus de deux mois d'absence avec une nouvelle liste de PBH.  Cette liste consiste à vous donner 10 raisons pour lesquelles j'ai tout laissé en plan niveau écriture. Certaines sont valables, d'autres complètement inventées (car à ce qu'il paraît quand on veut on peut - je devrais donc normalement trouver le temps d'alimenter mon petit espace virtuel). Saurez-vous les différencier? C'est ce qu'on va voir... Ready?

* J'ai emménagé dans un nouvel appartement parisien.
* S'approprier un espace, l'aménager et le décorer, bah ça prend du temps finalement. Et Valérie Damidot n'a même pas voulu venir me filer un coup de main. On ne peut plus compter sur personne de nos jours ma p'tite dame, que voulez-vous? Il faut bien se démerder.
* Je n'ai toujours pas souscrit à un abonnement Internet (forcément pour gérer un blog, ce n'est pas pratique).
* J'ai trouvé un boulot.
*Je recommence doucement mais sûrement à faire un peu de sport en sortant du travail. Autant vous dire qu'en rentrant chez moi j'ai plus envie de me saper comme l'as de pic et de me vautrer sur le canapé telle une baleine ayant mangé trop de plancton avarié plutôt que de faire travailler mes méninges. 
* Je me suis inscrite dans un cours de chant tyrolien. Nous préparons un spectacle pour l'été, en première partie de Johnny, et les répétitions me prennent beaucoup de temps et d'énergie!
* Je sors pas mal afin de rattraper le temps perdu. Durant ma brève vie girondine (5 mois je vous le rappelle), je n'ai pas fait grand chose et surtout je ne voyais plus mes amis.
* Je passe également beaucoup de temps à étudier des scénarii qui m'ont été envoyés. Je ne veux pas me tromper, il faut choisir le rôle qui me convient pour rebooster ma carrière. Bah oui, depuis ma dernière apparition dans un spot TV pour une célèbre marque de casseroles en fonte à l'âge de 6 ans, j'ai fait un break et je suis consciente que je manque à mon public.
* Je me suis remise un peu à lire après plusieurs mois sans toucher à cet objet si précieux qu'est le livre. Je me replonge tranquillement dans des décors lugubres où se passent des meurtres sordides avec des personnages complètement antipathiques. Il faut bien se détendre après le travail, non?!
* La véritable excuse, c'est que je me suis sentie submergée par tous ces changements assez rapides qui se sont produits dans ma petite existence et que, admettons-le, je suis une grosse flemmarde.

En espérant arriver à me secouer les puces et reprendre du service, je vous souhaite un très bon dimanche!